Trésorier d’entreprise

Le Trésorier d’entreprise est garant des liquidités de son entreprise. Il veille à l’équilibre des flux (sorties et rentrées d’argent) et des comptes. Ce poste stratégique est associé à plusieurs autres notions comptables : taux de change, relations avec les banques, risque d’impayés, etc.

  • 48 449 € / an salaire moy. France, ref. GlassDoor
  • 42 000 professionnels Trésoriers d’entreprise France, ref. LinkedIn
  • 1 345 postes M1207 (code ROME), ref. Pôle Emploi France

C’est quoi un Trésorier d’entreprise ?

Définitions, autres appellations, métiers similaires, voici les essentiels à retenir sur cette profession.

Le terme « trésorier » désigne le professionnel en charge des liquidités d’une entreprise au quotidien. Il supervise les entrées et sorties d’argent, et s’assure de la bonne couverture de tous les besoins financiers. Son rôle fait appel à la gestion, à la prévoyance et à l’anticipation sur l’ensemble des flux de trésorerie de la structure.

Dans d’autres contextes, le Trésorier est connu sous les dénominations suivantes :

  • Trésorier groupe
  • Cash manager
  • Gestionnaire des financements
  • Trésorier filiale
  • Trésorier international

L’expertise des Trésoriers est particulièrement recherchée par les grandes entreprises et les PME à dimension internationale.

Dans les plus petites structures, ces fonctions sont généralement assurées par le Responsable comptable.

Voici les emplois proches de Trésorier d’entreprise :

  • Agent comptable
  • Actuaire
  • Aide-comptable
  • Chargé de recouvrement
  • Commissaire aux comptes

Adapté aux personnes en situation de handicap

Quel est le rôle d’un Trésorier d’entreprise  ?

Le Trésorier est responsable de la solvabilité de son entreprise. Voici ses principales missions et attributions.

Quelles sont les tâches d’un Trésorier d’entreprise ?

Voici les principales missions d’un Trésorier d’entreprise :
Les soldes de trésorerie et le suivi quotidien des flux qui consiste à :

Étudier les flux de trésorerie (mouvement des sorties et rentrées d’argent) afin d’évaluer la trésorerie disponible ou les besoins en cash-flow.
Analyser les différentes positions bancaires, assurer le rapprochement bancaire.
Vérifier la conformité et l’intégrité des données interfacées dans le reporting et le logiciel.
Réguler le solde de trésorerie (écarts entre les flux de décaissements et d’encaissements), ou équilibrer les comptes, le cas échéant.
Examiner les flux financiers (dettes et mouvements de créances) issus de l’activité économique de la structure.
Donner des consignes comptabilité en charge des encaissements et décaissements.

La gestion des relations bancaires, visant à :

Redéfinir les conditions bancaires dédiées aux diverses solutions de financement.
S’assurer du respect des ratios financiers et des clauses contractuelles, définir la position bancaire.
Instaurer des lignes de crédit adéquates, accompagnées des prévisions de trésorerie et des plans de financement.
Joindre les pouvoirs bancaires : classifier et actualiser les délégations de signature.

 

Le suivi des écarts et l’élaboration du reporting, c’est-à-dire :

Respecter ces deux principaux indicateurs : FRNG, fonds de roulement net global (capital dédié aux obligations financières) et BFR, besoin en fonds de roulement (notamment du financement à court terme).
Étudier et décrypter les écarts entre les flux réels constatés et le budget de trésorerie. Le cas échéant, définir les besoins de financement sur le court terme.
Procéder à une synthèse hebdomadaire ou plutôt mensuelle de la trésorerie.
Mettre en place de manière périodique la documentation des soldes et des flux de trésorerie.

L’élaboration des prévisions de budget et de la trésorerie

Définir les prévisions forecasts (fonds propres disponibles) de trésorerie et de financement à court terme.
Déterminer et respecter le plan de trésorerie prévisionnel sur le moyen terme.
Anticiper et avancer des solutions aux différents besoins de financement sur le long terme : investissements, emprunts, placements des excédents de trésorerie, recapitalisation.
En fin d’année, étudier la position nette d’endettement et de trésorerie afin de connaître les éventuels besoins de financement externe.
Le Trésorier d’entreprise effectue également des activités éventuelles, visant à :
Gérer l’encours client (ou credit management).
Contribuer à la communication institutionnelle et financière (direction générale, agences de notation, actionnaires, public).
Assurer la mise en place d’un logiciel de gestion de trésorerie, son paramétrage et contrôler son déploiement.

Quelle est la mission d’un Gestionnaire de trésorerie ?

Le Trésorier d’entreprise assure la bonne gestion de la trésorerie de la société. Il optimise les flux financiers, limite et régule les frais financiers. En somme, il garantit l’équilibre des différents comptes. En outre, il gère également les taux et les risques de change. Il élabore le reporting et les prévisions. Ce professionnel est également en charge de trouver les meilleurs placements, notamment ceux moins coûteux. À ce titre, il négocie directement avec les salles de marchés et les banques.

Dans certains groupes, il est possible d’entendre l’expression « Cash pooling », signifiant la centralisation au niveau de la trésorerie des filiales d’un groupe.

Le périmètre d’action d’un Trésorier varie d’un contexte à l’autre. Ses tâches et attributions sont généralement influencées par 3 principaux facteurs.

 

Une grande structure et une PME ne confient pas les mêmes fonctions à leur trésorier.

Dans les grandes entreprises, les tâches peuvent être spécialisées, étant donné les équipes plus diversifiées.

En PME, ce professionnel doit se montrer polyvalent, puisque les missions sont souvent nombreuses. De plus, les équipes assignées à la gestion de la trésorerie peuvent être limitées, voire inexistantes.

Les missions d’un Trésorier dont l’entreprise affiche une bonne santé financière seront différentes de celles d’une structure endettée. Dans ce dernier cas, il devra négocier des financements auprès des banques et institutions financières. En revanche, une société ayant une trésorerie excédentaire cherche davantage à optimiser ses placements et à contrôler son ratio rendement/risque.

Les groupes internationaux ayant des filiales dans différents pays hors zones euro se concentrent particulièrement sur la gestion et la consolidation des devises. Pour les groupes de sociétés très centralisés, le Trésorier intervient également dans l’analyse des écarts ou la gestion des relations bancaires. La remontée d’information peut également figurer parmi ses attributions. Dans les deux cas, ce professionnel doit savoir manager efficacement ses équipes.

Une grande structure et une PME ne confient pas les mêmes fonctions à leur trésorier.

Dans les grandes entreprises, les tâches peuvent être spécialisées, étant donné les équipes plus diversifiées.

En PME, ce professionnel doit se montrer polyvalent, puisque les missions sont souvent nombreuses. De plus, les équipes assignées à la gestion de la trésorerie peuvent être limitées, voire inexistantes.

Les missions d’un Trésorier dont l’entreprise affiche une bonne santé financière seront différentes de celles d’une structure endettée. Dans ce dernier cas, il devra négocier des financements auprès des banques et institutions financières. En revanche, une société ayant une trésorerie excédentaire cherche davantage à optimiser ses placements et à contrôler son ratio rendement/risque.

Les groupes internationaux ayant des filiales dans différents pays hors zones euro se concentrent particulièrement sur la gestion et la consolidation des devises. Pour les groupes de sociétés très centralisés, le Trésorier intervient également dans l’analyse des écarts ou la gestion des relations bancaires. La remontée d’information peut également figurer parmi ses attributions. Dans les deux cas, ce professionnel doit savoir manager efficacement ses équipes.

Comment devenir Trésorier d’entreprise ?

Le poste de Trésorier d’entreprise exige un certain niveau d’études et des qualités appropriées.

La majorité des Trésoriers sont titulaires d’une licence ou d’un master. Les profils détenteurs d’un BTS (Brevet de Technicien Supérieur) sont peu nombreux.

Les diplômes les plus représentés :

  • Master en management
  • Master en comptabilité, audit et contrôle
  • Master en finance, trésorerie
  • Diplôme de Comptabilité et de Gestion (DCG)
  • Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion (DSCG)
  • Institut d’Études Politiques (IEP) _ spécialisation finance/économie
  • Brevet de Technicien Supérieur (BTS) en gestion/comptabilité

Les entreprises privilégient généralement les candidats ayant au minimum 3 à 5 années d’expérience dans une branche trésorerie. Néanmoins, le poste reste accessible aux jeunes diplômés, en débutant en tant que Trésorier junior.

La formation continue constitue un véritable tremplin pour accéder au poste de Trésorier d’entreprise. Ce mode d’apprentissage permet d’obtenir les prérequis au métier avec un rythme adapté à votre emploi du temps. À ce titre, First Education Online propose une gamme de formations innovantes en collaboration avec des Grandes Écoles de renom, à l’instar de l’ICCF@HEC Paris et Finance de Marché @ESCP Business School. Ces cours en ligne sont l’idéal pour comprendre et maîtriser les différents aspects de la gestion d’entreprise. Chaque année, le groupe First Finance forme également plusieurs milliers d’individus à la certification AMF et AMF Finance Durable.

Le certificat ICCF@HEC Paris a été élaboré pour aider un vaste public impliqué dans les décisions financières de l’entreprise. Cette démarche vise notamment à satisfaire les besoins en compréhension et en action, tant d’un point de vue interne qu’externe.

Le programme ICCF@HEC Paris conduit à une maîtrise approfondie de trois compétences clés en finance d’entreprise, à savoir :

Analyse financière

  • Examiner de manière approfondie les documents financiers de l’entreprise, à savoir le tableau de flux, le bilan et le compte de résultat ;
  • Formuler un diagnostic global et précis sur la santé financière des entreprises ;
  • Calculer et mettre en place les indicateurs clés des équilibres financiers de l’entreprise conformément aux normes professionnelles.

Évaluation d’une entreprise

  • Choisir et ajuster les techniques d’évaluation les plus adéquates en fonction des situations rencontrées, en considérant la taille des entreprises et les caractéristiques sectorielles ;
  • Développer une parfaite maîtrise des principales méthodes utilisées par les professionnels dans l’évaluation d’une entreprise sur le plan financier.

Prise de décisions en matière d’investissement et de financement 

  • Prendre des décisions éclairées en matière d’investissement et de financement sur la base des critères de jugement, à la fois quantitatifs et qualitatifs, reconnus par les professionnels ;
  • Maîtriser les outils de la finance d’entreprise associés à la finance durable ;
  • Mesurer l’incidence des choix de financement et d’investissement sur la situation financière globale de l’entreprise.

En savoir plushttps://first-education-online.com/fr/certificat/iccf-hec-paris-international-certificate-in-corporate-finance/

Le certificat ICCF2@HEC Paris permet d’assimiler trois compétences indispensables en politique financière d’entreprise :

Conduite d’opérations de fusions-acquisitions (M&A)

  • Sélection d’un processus de cession ;
  • Compréhension des fondements du M&A ;
  • Valorisation, négociation, structuration et maîtrise des offres publiques.

Gestion de la structure financière

  • Appréhension de l’équilibre du bilan et sélection des principales composantes de financement ;
  • Choix et gestion des financements en dette, incluant la « restructuration » du passif.

Ingénierie financière associée aux opérations de haut de bilan

  • Recours au private equity ;
  • Levée et restitution de capital ;
  • Optimisation de la structure de l’actionnariat ;
  • Réussite de l’introduction en bourse ;
  • Optimisation de la structure interne de son groupe.

En savoir plus : https://first-education-online.com/fr/certificat/iccf2-hec-paris/

La formation en Finance de marché@ESCP Business School constitue un véritable outil pour développer les principales compétences en finance de marché, à savoir :

  • Adopter les produits financiers les plus convenables en appréciant les caractéristiques des produits cash, des options et des dérivés fermes ;
  • Découvrir le rôle de chaque intervenant sur les marchés financiers et développer une interaction professionnelle avec chacun d’entre eux ;
  • Appréhender et maîtriser les principes fondamentaux de la valorisation des différents instruments financiers ;
  • Évaluer les risques liés à l’évolution des produits financiers complexes et des marchés financiers associés ;
  • Réaliser des opérations de couverture des risques à travers des produits dérivés fermes et conditionnels ;
  • Saisir la construction des produits structurés.

En savoir plushttps://first-education-online.com/fr/certificat/finance-de-marche-escp-business-school/

Chaque fournisseur de services d’investissement doit assurer que certaines fonctions disposent d’un ensemble commun de compétences indispensables à l’exercice de leur profession. Ces connaissances sont définies selon des normes européennes et françaises afin de protéger les intérêts des clients.

Depuis 2010, le groupe First Finance a certifié plus de 27 000 individus à l’AMF. En outre, il propose la certification AMF Finance Durable, une nécessité pour les professionnels cherchant à acquérir une compréhension globale du cadre institutionnel et économique de la finance durable. Cette certification permet également d’appréhender les concepts fondamentaux et de développer une vision claire des produits et des méthodologies utilisés. Une fois certifié, vous serez en mesure de comprendre les préférences des clients et de leur proposer des produits adaptés à leurs besoins.

En savoir plus :

Voici les professions qui conduisent à ce poste :

  • Comptable
  • Comptable trésorerie
  • Contrôleur financier

Le poste de Trésorier nécessite certaines aptitudes professionnelles, à savoir :

  • Esprit d’analyse
  • Goût pour les chiffres
  • Sens du détail
  • Rigueur dans la collecte et l’analyse des données
  • Réactivité
  • Confidentialité
  • Force de proposition
  • Capacité de gestion de crise
  • Organisation
  • Sens relationnel
  • La maîtrise de l’anglais

Les Trésoriers possèdent généralement les qualités suivantes :

  • Sens de la négociation
  • Gestion du stress
  • Capacité d’écoute et de communication
  • Réactivité
  • Précision

Caractéristiques du métier de Trésorier d’entreprise dans les offres d’emploi

Le Trésorier d’entreprise intervient dans le domaine de la finance. Voici les principales caractéristiques de ce métier dans les offres d’emploi.

Le salaire d’un Trésorier d’entreprise est parfaitement à la hauteur de ses fonctions. Néanmoins, il est possible de trouver une variété de rémunérations selon les missions et les responsabilités. De ce fait, il n’existe aucune grille salariale définie pour ce poste. La situation géographique influe également sur ce niveau de revenu. En effet, les professionnels qui travaillent en région parisienne touchent généralement 5 à 15 % de plus que ceux dans d’autres régions.

Le salaire moyen d’un Trésorier se situe à environ 3 000 euros brut par mois.

Le salaire brut annuel de la majorité des salariés officiant dans ce métier s’élève à plus de 36 000 euros. Ce niveau de revenu concerne un taux horaire supérieur à 19 euros l’heure.

Le Trésorier junior peut ainsi toucher entre 20 000 euros et 30 000 euros brut par an. Les plus expérimentés gagnent entre 45 000 euros et 50 000 euros brut annuels.

Les grandes entreprises restent les plus rémunératrices en ce qui concerne ce poste. Il est possible de percevoir certaines primes annuelles, à l’instar du 13e mois, une prime de participation ou une prime d’intéressement.

Les débouchés sont réels en ce qui concerne ce secteur d’activité. Il est aisé de trouver un poste de Trésorier d’entreprise sur tout le territoire.

La crise financière de 2008 ainsi que les récentes évolutions technologiques annoncent de nombreuses tendances en ce qui concerne les évolutions futures du Trésorier :

  • Son périmètre d’action s’étend de plus en plus. En effet, il peut désormais collaborer avec d’autres services, notamment en matière de gestion des risques.
  • L’émergence de nouveaux risques : incluant les risques environnementaux, l’instabilité du cours des matières premières, etc.
  • Une profession de plus en plus centralisée et technique : cette tendance prend de l’ampleur quant aux années à venir.

Avec de l’expérience, un Trésorier d’entreprise peut évoluer vers les postes suivants :

  • Business analyst
  • Responsable administratif et financier
  • Risk manager bancaire
  • Responsable comptable
  • Responsable trésorerie
  • Responsable du contrôle de gestion
  • Responsable du contrôle financier
  • Trader