Gestionnaire des risques

Les entreprises ont besoin d’anticiper les problèmes opérationnels, organisationnels, financiers et sécuritaires auxquels elles peuvent être confrontées afin de maintenir leur croissance. De cette nécessité a émergé une nouvelle profession. Il s’agit de celui du Gestionnaire des risques ou « Risk manager ». Cet expert s’occupe de la conception et de la mise en place des stratégies efficaces permettant d’évaluer, de prévenir, voire même de limiter les risques. Vous souhaitez connaître toutes les facettes du métier de Risk manager ?

  • 66 235 € / an salaire moy. France, ref. GlassDoor
  • 13 000 professionnels Gestionnaires des risques France, ref. LinkedIn
  • 3 118 postes H1302 (code ROME), ref. Pôle Emploi France

C’est quoi un Gestionnaire des risques ?

Le Gestionnaire des risques met à profit ses connaissances et son expertise en vue d’évaluer, d’anticiper et de gérer tous les risques auxquels l’entreprise est exposée. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur les autres appellations du métier, son domaine d’intervention et les professions similaires.

Adapté aux personnes en situation de handicap

Se traduisant par le management ou la gestion des risques, le risk management a pour objectif d’identifier les éléments potentiels d’une société. Ce professionnel détecte et étudie les facteurs de risques susceptibles d’influer l’activité de cette dernière et les classifie selon la gravité de leurs conséquences. Comme le gestionnaire des risques est un spécialiste du risk management, il doit savoir anticiper, analyser, et quantifier les risques potentiels pesant sur la société. Le Risk manager doit aussi être en mesure d’identifier les opportunités en vue d’améliorer les performances de l’entreprise pour qu’elle soit plus compétitive sur le marché. Pour ce faire, il doit analyser scrupuleusement les processus critiques.

À part le terme anglais « Risk manager », le gestionnaire des risques est connu sous les autres appellations suivantes :

  • Responsable de la gestion des risques ;
  • Manager des risques ;
  • Analyste risques (surtout dans le secteur de la banque).

Le Gestionnaire des risques travaille généralement dans les banques, les sociétés d’assurance et les hôpitaux. Zoom.

Le Gestionnaire des risques bancaires et financiers

Le gestionnaire des risques bancaires et financiers a pour mission de diminuer les risques liés à un client. Il intervient par exemple pour la banque qui s’engage dans l’opération financière. Par ailleurs, ce professionnel prend en considération les fluctuations financières économiques sur le plan national et international.

Le Gestionnaire des risques hospitaliers

Le rôle du Risk manager hospitalier consiste à :

  • Anticiper l’apparition des situations à risque au sein de l’établissement de soin et de santé où il travaille ;
  • Éviter l’apparition d’événements dits imprévus susceptibles de nuire à l’hôpital, au personnel soignant et leurs activités professionnelles ;
  • Élaborer et mettre en place un plan d’action de traitement des risques.

Le Gestionnaire des risques en entreprise d’assurance

Le Risk manager en entreprise d’assurance propose des axes d’amélioration permettant de couvrir les risques, et ce, dans le respect des exigences règlementaires. Il conduit aussi les études et analyses servant à piloter les risques de la société et les performances de ses outils. Par ailleurs, le Gestionnaire des risques en entreprise d’assurance a pour tâche de suivre les évolutions règlementaires, concurrentielles, juridiques, technologiques et environnementales afin d’anticiper leurs impacts.

Bon à savoir : outre les établissements financiers et les grandes entreprises, les grands groupes commencent actuellement à s’intéresser au métier de Risk manager. Il en va de même pour les PMI et les PME.

Ci-après quelques exemples de postes du même domaine d’expertise que le Risk manager :

  • Directeur de centre de profit ou de branche ;
  • Directeur juridique ;
  • Directeur de l’audit interne ;
  • Directeur des risques groupe ;
  • Analyste financier ;
  • Directeur financier.

Adapté aux personnes en situation de handicap

Quel est le rôle du Risk manager dans le processus de gestion des risques ?

Comme indiqué précédemment, le rôle principal du Gestionnaire des risques est d’étudier et de quantifier les dangers qu’une banque ou une entreprise peuvent encourir dans le cadre de leurs activités.

Il veille également à la sûreté financière et juridique de la société.

Quel est le travail d’un Gestionnaire des risques ?

L’expertise du Gestionnaire des risques peut être sollicitée pour :

  • Prévenir les risques financiers ;
  • Conseiller la direction de l’entreprise sur la meilleure manière de gérer les risques fortuits et ceux liés à certaines décisions stratégiques : programme d’investissement, lancement d’un nouveau service ou d’un produit… ;
  • Détecter les points de fragilité de l’entreprise ;
  • Informer la hiérarchie concernant les risques ;
  • Proposer des mesures préventives efficaces ;
  • Assurer l’équilibre entre sécurité et rentabilité ;
  • Sensibiliser et former le personnel aux systèmes de prévention ;
  • Prévoir un plan de survie pour la société en cas de sinistre ;
  • Diagnostiquer l’état financier de la société ;
  • Choisir l’organisme d’assurance et spécifier les garanties à souscrire ;
  • Déterminer les risques qui nécessitent une assurance ;
  • Négocier les contrats d’assurance avec les compagnies d’assurance, les agents généraux ou les courtiers.

Par ailleurs, ce conseiller supervise la gestion bancaire de ses clients. En fonction de l’organisation choisie par cette institution financière, il joue un rôle d’interlocuteur en opérations bancaires et en services de paiement ou d’appui aux conseillers clientèle.

Dans une banque, le CGP dispose d’une zone d’action, souvent départementale, pour faire fructifier son portefeuille clientèle. Il peut être soit commissionné, soit relié à un responsable secteur.

En indépendant, ce gestionnaire travaille avec de nombreux intervenants en externe, notamment les courtiers d’assurance, les agents généraux, les marchands de biens ou les banques. Il peut également faire intervenir d’autres professionnels libéraux : avocats, notaires, experts-comptables.

Quelles sont les missions d’un Risk manager ?

En fonction de la stratégie adoptée par l’entreprise où il travaille, les principales missions du Gestionnaire des risques reposent sur les différentes étapes suivantes :

Cartographier les risques

Dans le cadre de ses missions, le Risk manager élabore un dispositif permettant de gérer les risques encourus. Pour ce faire, il met en place une cartographie des risques bien détaillée

Prévenir et gérer les risques

Pour prévenir et limiter les risques, le Risk manager doit définir la politique de gestion générale de l’entreprise. Pour y parvenir, il a intérêt à :

  • Déployer tous les process nécessaires ;
  • Mettre en place des plans d’action et assurer leur suivi.
  • Transmettre les process et la politique à tous les niveaux de l’entreprise

Le Gestionnaire des risques a pour mission de développer les réseaux utiles permettant de faciliter la circulation de l’information au sein de l’entreprise. Il doit aussi avoir une vision d’ensemble de la situation financière, environnementale ou sécuritaire de cette dernière.

Gérer les rapports entre l’entreprise et les instances en assurance

Comme risques riment avec assurance, le Risk manager doit être capable de gérer la relation de l’entreprise avec les différentes instances en assurance. Ainsi, il peut déterminer à l’avance les coûts liés à la couverture de la société en cas de sinistres.

Piloter les activités de la société

Le Risk manager est l’animateur des mécanismes de gestion des risques au sein de l’entreprise. Par conséquent, il est amené à participer et à animer régulièrement les comités mis en place. Il endosse également le rôle de garant et d’intermédiaire dans le reporting des informations.

Réaliser une veille multisectorielle

Pour mieux appréhender les risques, le Risk manager a intérêt à avoir une réflexion constante concernant l’environnement social, économique ou politique de l’entreprise.

Cartographier les risques

Dans le cadre de ses missions, le Risk manager élabore un dispositif permettant de gérer les risques encourus. Pour ce faire, il met en place une cartographie des risques bien détaillée

Prévenir et gérer les risques

Pour prévenir et limiter les risques, le Risk manager doit définir la politique de gestion générale de l’entreprise. Pour y parvenir, il a intérêt à :

  • Déployer tous les process nécessaires ;
  • Mettre en place des plans d’action et assurer leur suivi.
  • Transmettre les process et la politique à tous les niveaux de l’entreprise

Le Gestionnaire des risques a pour mission de développer les réseaux utiles permettant de faciliter la circulation de l’information au sein de l’entreprise. Il doit aussi avoir une vision d’ensemble de la situation financière, environnementale ou sécuritaire de cette dernière.

Gérer les rapports entre l’entreprise et les instances en assurance

Comme risques riment avec assurance, le Risk manager doit être capable de gérer la relation de l’entreprise avec les différentes instances en assurance. Ainsi, il peut déterminer à l’avance les coûts liés à la couverture de la société en cas de sinistres.

Piloter les activités de la société

Le Risk manager est l’animateur des mécanismes de gestion des risques au sein de l’entreprise. Par conséquent, il est amené à participer et à animer régulièrement les comités mis en place. Il endosse également le rôle de garant et d’intermédiaire dans le reporting des informations.

Réaliser une veille multisectorielle

Pour mieux appréhender les risques, le Risk manager a intérêt à avoir une réflexion constante concernant l’environnement social, économique ou politique de l’entreprise.

Comment devenir Gestionnaire des risques ?

Un certain niveau de formation est requis afin d’exercer le métier de Gestionnaire des risques. Ce poste nécessite aussi des aptitudes professionnelles appropriées.

Être titulaire d’un niveau d’étude BAC +5 et plus est indispensable pour devenir Gestionnaire des risques. De préférence, ce diplôme doit être obtenu auprès d’une école de commerce ou d’ingénieurs.

Ci-après quelques exemples de diplômes pour accéder au poste de Gestionnaire des risques :

  • Master spécialisé gestion intégrée des risques en industries agricoles et agroalimentaires ;
  • Master professionnel sciences juridiques, politiques, économiques et de gestion, mention ingénierie bancaire et financière, spécialité gestion des risques ;
  • Master risques et environnement ;
  • Diplôme d’ingénieur, spécialisation : prévention ou maîtrise des risques industriels.
  • Master spécialisé prévention des risques technologiques et fiabilité des organisations ;
  • Master spécialisé en management des risques ;
  • Master of Science (MSC), option : Investment Banking and Risk Management ;
  • Master of Business Administration (MBA) Manager des risques et des assurances de l’entreprise.

Le poste de Gestionnaires des risques exige plusieurs années d’expérience, au moins 5 ans. Toutefois, des opportunités sont accessibles aux jeunes diplômés. D’ailleurs, une première expérience au poste d’actuaire permet d’accéder à ce métier.

La profession de Gestionnaire des risques est parfaitement accessible en alternance. Plusieurs programmes innovants formant au métier sont proposés par First Education, et ce, en collaboration avec les Grandes Écoles renommées, dont l’ICCF @HEC Paris et Finance de Marché @ESCP Business School. Ces cours prodigués en ligne constituent de véritables outils pour appréhender les aspects de la gestion d’entreprise et assurer votre réorientation professionnelle. Le groupe First Finance forme également des milliers d’apprenants à la certification AMF et AMF Finance Durable.

Le certificat ICCF@HEC Paris est destiné à satisfaire les besoins en action et en compréhension d’un public varié impliqué dans les décisions financières de l’entreprise, tant en interne qu’en externe.

En participant au programme ICCF@HEC Paris, vous développerez une expertise approfondie dans trois compétences clés en finance d’entreprise, notamment :

Évaluation d’une entreprise

  • Sélectionner et ajuster les méthodes d’évaluation les plus adéquates en fonction des situations rencontrées, en considérant la taille des entreprises et les spécificités sectorielles ;
  • Acquérir une maîtrise des principales méthodes utilisées par les professionnels pour évaluer une entreprise sur le plan financier ;

Analyse financière

  • Réviser de manière approfondie les documents financiers de l’entreprise, notamment le bilan, le compte de résultat et le tableau de flux ;
  • Calculer et mettre en œuvre les indicateurs clés des équilibres financiers de l’entreprise selon les normes professionnelles ;
  • Établir un diagnostic global pertinent concernant la situation financière des entreprises.

Prise de décisions en matière d’investissement et de financement 

  • Prendre des décisions judicieuses en matière d’investissement et de financement sur la base des critères de jugement, à la fois quantitatifs et qualitatifs, utilisés par les professionnels ;
  • Maîtriser les outils de la finance d’entreprise associés à la finance durable ;
  • Évaluer l’incidence des choix d’investissement et de financement sur la situation financière globale de l’entreprise.

En savoir plushttps://first-education-online.com/fr/certificat/iccf-hec-paris-international-certificate-in-corporate-finance/

Le certificat ICCF2@HEC Paris permet d’assimiler trois compétences indispensables en politique financière d’entreprise :

Conduite d’opérations de fusions-acquisitions (M&A)

  • Sélection d’un processus de cession ;
  • Compréhension des fondements du M&A ;
  • Valorisation, négociation, structuration et maîtrise des offres publiques.

Gestion de la structure financière

  • Appréhension de l’équilibre du bilan et sélection des principales composantes de financement ;
  • Choix et gestion des financements en dette, incluant la « restructuration » du passif.

Ingénierie financière associée aux opérations de haut de bilan

  • Recours au private equity ;
  • Levée et restitution de capital ;
  • Optimisation de la structure de l’actionnariat ;
  • Réussite de l’introduction en bourse ;
  • Optimisation de la structure interne de son groupe.

En savoir plus : https://first-education-online.com/fr/certificat/iccf2-hec-paris/

La formation Finance de Marché@ESCP Business School vise à acquérir des compétences clés en finance de marché, notamment :

  • Maîtrise des principes fondamentaux de valorisation des instruments financiers ;
  • Identification du rôle de chaque intervenant sur les marchés financiers et développement des compétences en interaction professionnelle ;
  • Choix des produits financiers en confrontant les caractéristiques des produits cash, des dérivés fermes et des options ;
  • Évaluation des risques associés au développement des produits financiers complexes et des marchés financiers associés ;
  • Maîtrise de la construction des produits structurés ;
  • Mise en action d’opérations de couverture des risques avec des produits dérivés fermes et conditionnels.

En savoir plushttps://first-education-online.com/fr/certificat/finance-de-marche-escp-business-school/

Les certifications AMF et AMF Finance Durable revêtent une importance capitale pour tout prestataire de services d’investissement. En effet, elles garantissent que certaines fonctions disposent d’un ensemble commun de compétences conformes aux normes européennes et françaises. Cette initiative vise à assurer la protection des intérêts des clients.

Depuis 2010, le groupe First Finance a délivré plus de 27 000 certifications AMF, témoignant de son engagement envers l’excellence dans le secteur financier. En complément de la certification AMF, le groupe propose également la certification AMF Finance Durable. Celle-ci s’adresse aux professionnels souhaitant acquérir une compréhension approfondie du cadre institutionnel et économique de la finance durable. Elle offre une perspective éclairée sur les notions fondamentales et fournit une grille de lecture des produits et méthodologies associés.

Une fois certifié, vous serez en mesure de recueillir les préférences de vos clients et de leur proposer des produits en adéquation avec leurs besoins. Vous démontrerez ainsi votre capacité à concilier expertise et sensibilité aux enjeux de la finance durable.

En savoir plus :

Ci-après quatre professions qui conduisent au poste de Gestionnaire des risques :

  • Crédit manager ;
  • Rédacteur risques ;
  • Contrôleur de gestion ;
  • Chargé de recouvrement.

La profession de Gestionnaire des risques revêt une haute dimension stratégique. De ce fait, elle demande des connaissances accrues et un certain nombre de savoir-faire. Les plus importants d’entre eux figurent dans la liste suivante :

  • Maîtrise du risk management ;
  • Savoir analyser les risques financiers ;
  • Connaissance de la loi de sécurité financière ou LSF ;
  • Connaissance notable en finance, en géopolitique, en économie et en comptabilité ;
  • Maîtrise des normes organisationnelle, écologique ou de sécurité ;
  • Maîtrise des outils technologiques ;
  • Maîtrise du droit des assurances ;
  • Connaissance de l’environnement entrepreneurial ;

En outre, le poste de Gestionnaire des risques exige que son titulaire maîtrise l’anglais.

Pour mener à bien son travail, le Gestionnaire des risques doit posséder un certain nombre de qualités personnelles, à savoir :

  • La force de proposition ;
  • Le goût du travail en équipe ;
  • La créativité ;
  • L’esprit d’analyse et de synthèse ;
  • Le sens de la pédagogie ;
  • Le sens du contact et de la communication ;

D’autre part, le Risk manager doit être :

  • Rigoureux ;
  • Visionnaire ;
  • Audacieux ;
  • Organisé ;
  • Imaginatif ;
  • Curieux ;
  • Charismatique ;
  • Pugnace ;
  • Réactif ;
  • Organisé ;
  • Méthodique ;
  • Disponible ;
  • Diplomate.

Voici l’essentiel à savoir sur les perspectives d’évolution de carrière et la rémunération du Risk manager.

Combien gagne un Gestionnaire des risques ?

Le salaire d’un Risk manager varie en fonction de son expérience, de la taille de l’entreprise où il travaille et le secteur d’activité.

Quel est le salaire mensuel d’un Risk manager ?

Un Gestionnaire des risques junior peut gagner entre 2 800 et 4 200 euros brut par mois. Un profil senior, quant à lui, perçoit un salaire mensuel variant entre 4 500 et 7 000 euros brut.

Quel est le salaire annuel d’un Gestionnaire des risques ?

Les Gestionnaires des risques débutants perçoivent un salaire annuel brut oscillant autour de 58 500 euros. Les travailleurs les plus expérimentés peuvent gagner jusqu’à 130 845 euros brut par an.

La mise en place d’une politique de gestion des risques est devenue un enjeu important pour les entreprises. Cela leur permet de réagir à un environnement en constante évolution.

Actuellement, la gestion des risques représente un faible vivier d’emplois, avec un maximum de 400 professionnels en exercice. En effet, ce poste existe uniquement au sein des établissements financiers ou dans les grands groupes.

Avec quelques années d’expérience, le Gestionnaire des risques peut devenir :

  • Knowledge manager ;
  • Responsable gestionnaire des risques en établissement de santé ;
  • Auditeur de qualité ;
  • Consultant qualité en santé ;
  • Ingénieur hygiène sécurité environnement ;
  • Directeur de crédit dans un groupe bancaire ;

D’autre part, le Risk manager peut se tourner vers l’expertise technique ou le consulting indépendant au sein d’une entreprise d’assurance. Il peut également reprendre un cabinet ou agence de courtage.