Contrôleur des finances publiques

Le poste de Contrôleur des finances publiques est généralement rattaché au Directeur général des finances publiques. Ce technicien de la fiscalité assure la gestion des fonds publics des collectivités territoriales et de l’État. De ce fait, il s’occupe de toutes les opérations liées aux impôts (contrôle, recouvrement, etc.). Décryptage.

  • 20 376 € / an salaire moy. France, ref. GlassDoor
  • 36 000 professionnels Contrôleur des finances publiques France, ref. LinkedIn
  • 5 postes K1503 (code ROME), ref. Pôle Emploi France

C’est quoi un Contrôleur des finances publiques ?

Définitions, noms synonymes, emplois similaires, voici les informations à connaître sur ce métier.

Plus connu sous l’appellation de Contrôleur des impôts, le Contrôleur des finances publiques n’est pas un emploi à proprement parler. Il s’agit plutôt d’un cadre de métier de la fonction publique.
Ce fonctionnaire de catégorie B est étroitement lié à la Direction générale des finances publiques (DGFiP). Il s’occupe du contrôle des impôts, du recouvrement et de la gestion des collectivités publiques. Ses activités peuvent également inclure le conseil aux collectivités, la gestion patrimoniale ou le pilotage de la politique immobilière de l’État.
Le Contrôleur des finances publiques est un professionnel au service du public. Au quotidien, il est amené à côtoyer plusieurs individus, au guichet, comme au téléphone ou en box. Des déplacements sont également incontournables, par exemple lors d’un contrôle fiscal.
Ce professionnel dispose d’horaires conventionnels, avec des tâches journalières et hebdomadaires.
Le métier de Contrôleur des impôts est particulièrement valorisant, dans le sens où il satisfait les besoins concrets des usagers. De plus, il remplit une mission de cadre intermédiaire.

Le Contrôleur des finances publiques est également connu sous les appellations suivantes :

  • Contrôleur des impôts
  • Personnel des impôts
  • Contrôleur fiscal

Les contrôleurs d’impôts officient dans des structures variées, à compétences locales ou nationales :

  • Direction générale des impôts (DGI) : il effectue des missions comptables et administratives, et tout ce qui se rapporte aux impôts (assiette, contrôle, recouvrement, contentieux).
  • Centre des impôts des entreprises (SIE) ou des particuliers (SIP) : pour encaisser les recettes fiscales.
  • Établissements publics, collectivités locales.
  • Ce professionnel peut également appliquer son expertise auprès des décideurs locaux, afin de :
  • Donner son opinion aux collectivités territoriales sur sujets liés à la gestion budgétaire
  • Conseiller les directeurs d’hôpitaux, les préfets et même les entreprises.

Voici les postes proches du Contrôleur des impôts :

  • Directeur Administratif et Financier
  • Inspecteur des impôts
  • Contrôleur de gestion
  • Directeur Contrôleur de gestion
  • Chargé des déclarations fiscales
  • Assistant de Directeur Administratif et Financier

Adapté aux personnes en situation de handicap

Quel est le rôle d’un Contrôleur fiscal ?

Le Contrôleur des impôts joue un rôle très important au sein de la Direction générale des impôts. Il veille à la bonne application des règlements fiscaux dans son secteur d’activité.

Contrôleur ou Inspecteur des impôts ?

Le métier de Contrôleur des impôts ou d’Inspecteur est particulièrement diversifié, la Direction générale des impôts étant assignée à la gestion des recettes de l’État. Elle se charge également du paiement des pensions civiles, des allocations d’aide à l’enfance, etc.

Quelles sont les tâches d’un Contrôleur des impôts ?

Le Contrôleur des impôts assure la comptabilité et la gestion financières des deniers publics. Il supervise la conformité et la recevabilité des déclarations fiscales de tous les contribuables, particuliers ou professionnels afin d’éviter les fraudes fiscales. En cas de litige avec le public, il est chargé de vérifier les comptes ou de faire des enquêtes. Si nécessaire, il procède à des blocages de compte ou des saisies. Le Contrôleur des finances publiques peut également assurer une fonction de conseil auprès des hôpitaux privés et publics, des collectivités ou des entreprises.

En somme, le personnel des impôts assure à la fois un rôle de contrôle et de suivi de dossier, d’information et de recouvrement. Il peut également être assigné à la collecte des impôts, à leur calcul et à leur gestion. Au guichet, il se charge de l’accueil des usagers, des réclamations ou même des contribuables souhaitant souscrire une assurance vie.

Différence de fonctions entre Contrôleur des impôts et Inspecteur des impôts

Le Contrôleur des impôts et l’Inspecteur des impôts sont spécialisés dans la gestion du patrimoine public. Tous deux remplissent une mission de recouvrement, de contrôle et de gestion de comptabilité. Ils supervisent les déclarations fiscales des usagers et des entreprises. Ils gèrent les dépenses et les recettes des collectivités territoriales et de l’État. Ils veillent au respect des règlements liés aux finances publiques. Ces professionnels officient à la Direction générale des Finances publiques. La différence entre ces deux emplois réside sur les fonctions d’encadrement : seuls les Inspecteurs des impôts sont cadres, de catégorie A.

L’Inspecteur des finances publiques assure des tâches d’encadrement, de conception et de vérification. Il occupe notamment les postes de :

  • Responsable des contrôles fiscaux : à travers la mise en place de procédures d’investigation appropriées.
  • Spécialiste de la fiscalité directe locale
  • Responsable adjoint d’un service des impôts (SIP ou SIE).

Le Contrôleur des impôts assure plutôt les fonctions d’un :

  • Chargé de la comptabilité du secteur public local
  • Chargé de recouvrement
  • Chargé du contentieux des impôts des individus et des entreprises
  • Chargé du contrôle fiscal sur dossier

Quelles sont les missions d’un Contrôleur des finances publiques/Inspecteur des impôts ?

Les missions d’un Contrôleur des impôts sont particulièrement variées. Il intervient principalement sur divers aspects de la gestion du patrimoine public. Toutefois, il peut également :

  • Assurer une fonction de conseil auprès des contribuables. En effet, le Contrôleur des impôts accompagne les usagers dans la gestion de leur fiscalité.
  • Contrôler les dossiers : en veillant au calcul et à la régularité des différentes déclarations.
  • Selon les services, régulariser les sommes à percevoir, gérer le recouvrement des recettes.

Lorsqu’il devient Inspecteur des impôts, ce cadre effectue des missions spécifiques à la Direction générale des Finances publiques :

  • À l’instar du Contrôleur des impôts, il s’occupe des affaires associées à la fiscalité des usagers. Il assure la perception et la gestion des recettes concernant des dossiers complexes.
  • En qualité d’expert en gestion de patrimoine, il procède aux contrôles des dossiers d’entreprise, audite leur comptabilité et règle les litiges. Il peut également assurer une fonction de recouvrement fiscal des structures assujetties à l’impôt. Enfin, il peut résoudre des problématiques associées à l’immobilier dans des domaines comme les services du cadastre.

Les missions d’un Contrôleur des impôts sont particulièrement variées. Il intervient principalement sur divers aspects de la gestion du patrimoine public. Toutefois, il peut également :

  • Assurer une fonction de conseil auprès des contribuables. En effet, le Contrôleur des impôts accompagne les usagers dans la gestion de leur fiscalité.
  • Contrôler les dossiers : en veillant au calcul et à la régularité des différentes déclarations.
  • Selon les services, régulariser les sommes à percevoir, gérer le recouvrement des recettes.

Lorsqu’il devient Inspecteur des impôts, ce cadre effectue des missions spécifiques à la Direction générale des Finances publiques :

  • À l’instar du Contrôleur des impôts, il s’occupe des affaires associées à la fiscalité des usagers. Il assure la perception et la gestion des recettes concernant des dossiers complexes.
  • En qualité d’expert en gestion de patrimoine, il procède aux contrôles des dossiers d’entreprise, audite leur comptabilité et règle les litiges. Il peut également assurer une fonction de recouvrement fiscal des structures assujetties à l’impôt. Enfin, il peut résoudre des problématiques associées à l’immobilier dans des domaines comme les services du cadastre.

Comment devenir Contrôleur des impôts ?

Le métier de Contrôleur des finances publiques requiert un niveau de diplôme ainsi qu’un certain nombre d’aptitudes professionnelles.

Pour accéder au poste de Contrôleur des finances publiques, il faut être au moins détenteur d’un baccalauréat (ou plutôt d’un diplôme équivalent). Ensuite, il faut passer le concours de catégorie B, incluant des épreuves écrites, un QCM de connaissances générales et un entretien auprès d’un jury.
Les lauréats deviennent alors contrôleurs stagiaires et suivent une formation en alternance. Cette dernière comprend un cours théorique de 7 mois à l’École nationale des finances publiques, suivi d’un stage d’application d’une durée de 4 mois. Le dispositif est ensuite complété par une formation au premier métier de 1 mois.
Pour le Contrôleur, le recrutement sur concours s’effectue au niveau BAC. Il est de niveau BAC+3 en ce qui concerne l’Inspecteur. Dans les deux cas, les candidats doivent présenter un casier judiciaire vierge.

Il existe plusieurs conditions d’accès au concours de Contrôleur des finances publiques :

  • Détenir le BAC ou un autre diplôme équivalent, titre homologué niveau IV ou Brevet de technicien, et avoir un solide bagage en fiscalité et en droit.
  • Les candidats ayant un BAC+2 sont particulièrement avantagés.

En revanche, le concours d’Inspecteur des impôts s’effectue en deux temps. Les futurs experts doivent :

  • Posséder un niveau de formation BAC+3.
  • Être lauréat de l’examen.

Bien qu’il soit possible de concourir avec un diplôme BAC+3, plusieurs candidats sont détenteurs d’un BAC+5. Il peut par exemple s’agir d’un Master gouvernance économique internationale, spécialisation économie du secteur public.

Le poste de Contrôleur des finances publiques n’est pas accessible dès la validation du concours. Il nécessite encore un stage d’une durée d’un an au sein du Trésor public.

Néanmoins, la possibilité d’une évolution en interne est envisageable. Cela permet aux fonctionnaires du Trésor public, notamment les agents administratifs, d’accéder au poste de Contrôleur des impôts.

Après la réussite du concours de Contrôleur des impôts, le reste du parcours peut être suivi en alternance. First Education Online propose plusieurs formations innovantes en collaboration avec de Grandes Écoles renommées, notamment l’ICCF@HEC Paris et Finance de Marché @ESCP Business School. Ces cours prodigués en ligne sont l’idéal pour maîtriser les aspects de la gestion et la finance d’entreprise. Chaque année, le groupe First Finance forme en outre plusieurs milliers d’apprenants à la certification AMF et AMF Finance Durable.

Le certificat ICCF@HEC Paris accompagne un éventail de public impliqué dans les décisions financières de la société dans leurs besoins de compréhension et d’action. Cette démarche aborde à la fois le plan interne comme externe.

Le programme ICCF@HEC Paris aide à acquérir une parfaite maîtrise de trois compétences majeures en finance d’entreprise, notamment :

Analyse financière

  •   Réviser de manière approfondie les documents financiers de l’entreprise, à savoir le tableau de flux, le bilan et le compte de résultat ;
  •  Calculer et poser les indicateurs clés des équilibres financiers de l’entreprise selon les normes professionnelles.

Émettre un diagnostic global pertinent sur la situation financière des entreprises ;

Évaluation d’une entreprise

  •   Choisir et adapter les techniques d’évaluation les plus conformes en suivant les cas rencontrés, en considérant les caractéristiques sectorielles et la taille des entreprises ;
  •   Développer une parfaite maîtrise des méthodes reconnues par les professionnels pour évaluer une société sur le plan financier.

Prise de décisions en matière d’investissement et de financement

  •   Prendre des décisions avisées en termes d’investissement et de financement en tenant compte des critères de jugement, à la fois quantitatifs et qualitatifs, utilisés par le métier ;
  •   Cerner les outils de la finance d’entreprise inhérents à la finance durable ;
  •   Évaluer les conséquences des choix de financement et d’investissement sur la situation financière globale de la structure.

En savoir plushttps://first-education-online.com/fr/certificat/iccf-hec-paris-international-certificate-in-corporate-finance/

Le certificat ICCF2@HEC Paris constitue un tremplin pour assimiler trois principales compétences en politique financière d’entreprise :

  • Conduite d’opérations de fusions-acquisitions (« M&A ») : choisir un processus de cession, acquérir une profonde connaissance des principes du M&A, maîtriser l’évaluation, la structuration et la négociation, ainsi que la gestion des aspects liés aux offres publiques ;
  • Gestion de la structure financière : sélectionner les composantes clés du financement, comprendre l’équilibre du bilan, choisir et gérer les sources de financement par la dette et réaliser des adaptations stratégiques au passif ;
  • Maîtrise de l’ingénierie financière liée aux opérations de haut de bilan : améliorer la structure interne du Groupe, explorer les opportunités offertes par le private equity, lever et rembourser du capital, optimiser la structure de l’actionnariat et réussir une introduction en bourse.

En savoir plus : https://first-education-online.com/fr/certificat/iccf2-hec-paris/

La formation en Finance de marché@ESCP Business School conduit à la maîtrise des compétences clés en finance de marché, à savoir :

Connaissance approfondie des essentiels de la valorisation des outils financiers ;

  •   Évaluation des risques liés au développement des produits financiers complexes et des marchés financiers liés ;
  •   Identification du rôle de chaque acteur sur les marchés financiers et interaction professionnelle ;
  •   Sélection des produits financiers après comparaison des particularités des produits cash, des options et des dérivés fermes ;
  •   Compréhension de la construction des produits structurés ;
  •   Organisation d’opérations de couverture des risques avec des produits dérivés fermes et conditionnels.

En savoir plushttps://first-education-online.com/fr/certificat/finance-de-marche-escp-business-school/

Les certifications AMF et AMF Finance Durable sont essentielles à tout prestataire de services d’investissement. Elles garantissent que certaines fonctions disposent d’un ensemble commun de compétences conformes aux normes européennes et françaises. Cette démarche a pour objectif de protéger les intérêts des clients.

Depuis 2010, le groupe First Finance a délivré plus de 27 000 certifications AMF, démontrant ainsi son engagement envers l’excellence dans l’univers financier. En outre, il propose la certification AMF Finance Durable, dédiée aux professionnels souhaitant développer une compétence approfondie du cadre institutionnel et économique de la finance durable. Ce titre confère notamment une vision claire sur les concepts fondamentaux, tout en offrant une grille de lecture des produits et méthodologies utilisés.

Une fois certifié, vous serez capable de comprendre les préférences de vos clients et de leur fournir des produits en adéquation avec leurs besoins. Vous prouverez ainsi votre capacité à concilier expertise et sensibilité aux enjeux de la finance durable.

En savoir plus :

Certification AMFhttps://www.first-finance.fr/formation/certification-amf/

Certification AMF Finance Durablehttps://www.first-finance.fr/formation/certification-amf-finance-durable/

Voici les métiers qui conduisent, en interne, à ce poste :

  • Agent administratif
  • Fonctionnaire

Voici les aptitudes professionnelles requises pour le poste de Contrôleur des finances :

  • Rigueur
  • Sens du service
  • Goût pour le management
  • Aptitude au dialogue
  • Maîtrise du droit, de la finance et de la fiscalité

Certaines qualités sont attendues d’un Contrôleur des finances publiques, notamment :

  • Le goût des chiffres
  • Une bonne organisation
  • Une aisance relationnelle
  • Des facultés rédactionnelles
  • Autorité et pédagogie
  • Intégrité

Salaires, marché de l’emploi, évolution de carrière, découvrez toutes les caractéristiques de ce poste dans les offres d’emploi.

Combien gagne un Contrôleur des finances publiques/Inspecteur des impôts selon la grille indiciaire ?

La rémunération d’un Contrôleur/Inspecteur des impôts varie selon son grade et la grille indiciaire d’État. Ce salaire est étoffé par les primes, les indemnités et les heures supplémentaires.

Quelle est la rémunération mensuelle d’un Contrôleur/Inspecteur des impôts ?

En début de carrière, un Contrôleur des impôts touche environ 1 800 euros bruts mensuels. Ce niveau de revenu évolue rapidement pour atteindre plus de 3 300 euros bruts par mois.

L’Inspecteur des impôts, quant à lui, gagne entre 1 504 euros et 3 889 euros bruts par mois.

Quel est le salaire annuel d’un Contrôleur des finances publiques ?

Les Contrôleurs des impôts (1er échelon) gagnent près de 23 062 euros net annuels. Les Inspecteurs des impôts (1er échelon) touchent plus près de 27 432 euros net par an.

Contrôleur des finances publiques sur le marché de l’emploi : les chiffres clés

Les places disponibles au concours changent chaque année. Toutefois, la proportion de postes reste relativement faible par rapport au nombre d’inscrits, soit 10 607 candidats en 2022 avec seulement 849 reçus.

Actuellement, la Direction générale des Finances publiques (DGFiP) en France recense environ 10 000 agents assignés au contrôle fiscal.

Au fil de sa carrière, le Contrôleur des finances publiques peut espérer devenir Contrôleur principal ou Inspecteur des finances publiques, à travers une promotion interne ou un concours de catégorie A.