Avocat d’affaires

L’Avocat d’affaires remplit une fonction clé dans l’univers des affaires. Son rôle principal est de conseiller les entreprises dans les dimensions juridiques de leurs projets et de les protéger en cas de contentieux.

  • 94 000 € / an salaire moy. France, ref. GlassDoor
  • 12 000 professionnels Avocats d’affaires France, ref. LinkedIn
  • 4 451 postes K1903 (code ROME), ref. Pôle Emploi France

C’est quoi un Avocat d’affaires ?

Définition, métiers similaires, champ d’action, voici ce qu’il faut retenir sur cette profession.

Comme son nom l’indique, l’Avocat d’affaires est un expert du droit des affaires, notamment du droit pénal des affaires, du droit des sociétés ou du droit social. Le droit commercial ou le droit fiscal, sur le plan théorique, figurent également dans son champ de compétences.

Pour traiter les demandes juridiques associées à l’univers de l’entreprise, l’Avocat des affaires peut en outre se spécialiser en droit de l’immobilier, droit bancaire, droit boursier ou droit des fusions-acquisitions.

Son objectif est de protéger les intérêts de ses clients, généralement des hommes d’affaires ou des acteurs du secteur économique. En somme, sa clientèle est essentiellement composée de professionnels et d’entreprises. L’Avocat des affaires joue également un rôle de conseil auprès de ses clients ou de représentation au tribunal.

Dans le cadre de ses activités, ce professionnel est amené à collaborer avec d’autres experts, et ce, dans le respect du code éthique. Dans certains cas, il peut être chargé de diriger des équipes, faisant ainsi appel à ses qualités de leadership.

L’Avocat d’affaires est également connu sous le nom d’Avocat en droit des affaires.

Les Avocats d’affaires travaillent pour le compte de professionnels, notamment des entreprises. Il exerce généralement dans un cabinet d’Avocats avec le statut de collaborateur, pour en devenir un associé après un certain temps. Ce professionnel du droit peut également intégrer les grosses compagnies, au sein du service juridique. Salarié, il travaille exclusivement pour le compte de la structure qui l’a embauché.

À titre informatif, les cabinets d’avocat se déclinent en trois grandes catégories :

  • Les cabinets français, de taille moyenne ;
  • Les Anglo-saxons qui recensent des dizaines d’avocats et disposent d’un réseau international ;
  • Les cabinets issus des grandes structures d’audit ou les « big six ».

Le métier d’avocat comprend trois grandes familles, dont celle de l’Avocat des affaires. Les professions similaires dans ce secteur sont notamment :

  • Avocat pénaliste
  • Avocat spécialiste des affaires civiles

Adapté aux personnes en situation de handicap

Quel est le rôle d’un Avocat d’affaires en entreprise ?

Le métier d’Avocat d’affaires se différencie des professions connexes, car il prend exclusivement en charge les problèmes associés aux entreprises. En ce sens, il peut intervenir en tant que consultant dans une structure et influencer plusieurs décisions futures. Ses principaux champs d’action sont notamment le droit social, le droit financier, le droit immobilier ou le droit de la propriété intellectuelle. Son cœur de métier consiste à résoudre les litiges ou contentieux de ses clients. De plus, il propose des techniques d’optimisation et de sécurisation lors de la signature de contrats avec des partenaires économiques.

Quel est le travail d’un Avocat en droit d’affaires ?

Partenaire privilégié des petites et grandes entreprises, l’Avocat en droit des affaires défend leurs intérêts durant leur cycle de vie. Il y travaille en tant que conseiller juridique en cas de litiges et contentieux. Ainsi, il est amené à gérer différents dossiers relatifs aux grands comptes. Grâce à des études et analyses, il anticipe les risques pouvant survenir suite à la signature de contrats.

L’Avocat d’affaires agit essentiellement dans les domaines du droit social, financier, immobilier ou droit de la propriété intellectuelle. De plus, il fournit des conseils stratégiques inhérents aux aspects juridiques de la structure.

 

D’autre part, ce spécialiste en droit des affaires accompagne les branches dédiées dans les différentes tâches, telles que :

  • Les procédures d’embauche et de licenciement ;
  • La négociation et la rédaction de contrats commerciaux ou des actes spécifiques (statut d’entreprise, contrats de travail, etc.) ;
  • Les accords avec les différents actionnaires ;
  • Les augmentations de capital ;
  • Les opérations stratégiques (levées de fonds, cession, restructuration, etc.).

À la différence du juriste, l’Avocat d’affaires a généralement un statut libéral, payé en honoraires. Contrairement aux avocats classiques, il ne travaille pas dans la Justice, mais plutôt dans une grande entreprise ou un cabinet indépendant. Pour défendre les intérêts de ses clients, il doit alors maîtriser les règlements, les textes de loi ainsi que les enjeux du secteur juridique.

Quelles sont les missions d’un Avocat d’affaires ?

L’Avocat en droit des affaires protège les intérêts de l’entreprise qui l’emploie lors d’un contentieux ou sous forme de conseils.

 

L’Avocat d’affaires assure la défense de sa clientèle en cas de litiges financiers, immobiliers, commerciaux ou sociaux. Il est le représentant de la société devant un tribunal. Pour cela, il collecte les documents juridiques, comptables ou autres. Ensuite, il fournit les preuves nécessaires à la réalisation du contentieux. Son action de défense est notamment sollicitée dans des conflits d’intérêts variés, comme :

  • Les litiges liés à la rédaction de contrats ;
  • La concurrence déloyale ;
  • Les affaires de contrefaçon

Parfaitement, au fait des dernières réglementations, l’avocat en droit des affaires s’attache à tenir son client informé concernant les mises à jour des règles de l’entreprise. Il joue également le rôle de conseiller sur les différentes stratégies et les temps forts de la société, pour lesquelles il indique au dirigeant les bons encadrements et prises de décisions juridiques à suivre dans ses intérêts.

L’Avocat des affaires est le garant juridique de la société. Il assure la rédaction des contrats dédiés à son immatriculation ainsi qu’à ses organismes de santé et de prévoyance. Son expertise est également utile durant la signature de contrats avec sa clientèle ou avec des prestataires.

L’Avocat d’affaires assure la défense de sa clientèle en cas de litiges financiers, immobiliers, commerciaux ou sociaux. Il est le représentant de la société devant un tribunal. Pour cela, il collecte les documents juridiques, comptables ou autres. Ensuite, il fournit les preuves nécessaires à la réalisation du contentieux. Son action de défense est notamment sollicitée dans des conflits d’intérêts variés, comme :

  • Les litiges liés à la rédaction de contrats ;
  • La concurrence déloyale ;
  • Les affaires de contrefaçon

Parfaitement, au fait des dernières réglementations, l’avocat en droit des affaires s’attache à tenir son client informé concernant les mises à jour des règles de l’entreprise. Il joue également le rôle de conseiller sur les différentes stratégies et les temps forts de la société, pour lesquelles il indique au dirigeant les bons encadrements et prises de décisions juridiques à suivre dans ses intérêts.

L’Avocat des affaires est le garant juridique de la société. Il assure la rédaction des contrats dédiés à son immatriculation ainsi qu’à ses organismes de santé et de prévoyance. Son expertise est également utile durant la signature de contrats avec sa clientèle ou avec des prestataires.

Comment devenir Avocat d’affaires?

Les études pour devenir Avocat d’affaires sont difficiles et longues.

Le métier d’Avocat d’affaires est accessible aux titulaires d’un master (BAC + 5) en droit. Ensuite, ils doivent intégrer un centre régional de formation professionnelle d’avocats (CRFPA). Un examen de sélection stricte reste toutefois nécessaire pour la poursuite de ces études.

Pour occuper ce poste, les candidats doivent poursuivre des études en tronc commun, puis obtenir une spécialisation en droit des sociétés. Voici les diplômes et formations à valider :

  • Master en droit, spécialité droit des sociétés.
  • Intégration au CRFPA (centre régional de formation professionnelle des avocats).
  • Une formation de 18 mois, comprenant 3 modules de 6 mois. Un module théorique, suivi de 2 modules pratiques.
  • L’obtention du Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat ou CAPA.
  • L’inscription à un Barreau.

Le poste d’Avocat des affaires n’est pas accessible à la sortie d’études. Une formation de quelques mois auprès de centres dédiés est requise. Néanmoins, il est possible d’obtenir une équivalence après 8 ans d’expérience en tant que juriste.

La formation en ligne est l’idéal pour valider le Mastère en droit dans un premier temps. Elle permet en outre d’acquérir les autres compétences nécessaires au métier. First Education Online propose notamment de nombreuses formations innovantes en partenariat avec les Grandes Écoles renommées, dont l’ICCF@HEC Paris et Finance de Marché @ESCP Business School. Ces cours dispensés en ligne constituent une valeur sûre pour maîtriser la gestion et la finance d’entreprise, et mener à bien votre réorientation professionnelle. Le groupe First Finance forme également plusieurs milliers d’apprenants à la certification AMF et AMF Finance Durable.

Le certificat ICCF@HEC Paris a été élaboré pour répondre aux exigences de compréhension et d’action des acteurs impliqués dans les stratégies financières de l’entreprise, de manière interne et externe.

En suivant le programme ICCF@HEC Paris, vous développerez une maîtrise approfondie de trois compétences clés en finance d’entreprise, notamment :

Évaluer une entreprise :

  • Acquérir une maîtrise des principales méthodes utilisées par la profession pour évaluer une entreprise sur le plan financier ;
  • Sélectionner et adapter les méthodes d’évaluation les plus appropriées en fonction des situations rencontrées, en tenant compte de la taille des entreprises et des spécificités sectorielles.

Mener une analyse financière :

  • Examiner de manière approfondie les documents financiers de l’entreprise, tels que le compte de résultat, le bilan et le tableau de flux ;
  • Calculer et mettre en œuvre les indicateurs clés des équilibres financiers de la société, conformément aux normes de la profession ;
  • Formuler un diagnostic précis sur la situation financière globale des entreprises.

Prendre des décisions d’investissement et de financement :

  • Sélectionner les meilleures solutions en matière d’investissement et de financement en se basant sur des critères de jugement, à la fois quantitatifs et qualitatifs, utilisés par la profession ;
  • Évaluer les conséquences des choix d’investissement et de financement sur les finances de l’entreprise ;
  • Maîtriser les outils financiers liés à la finance durable en entreprise.

En savoir plus https://first-education-online.com/fr/certificat/iccf-hec-paris-international-certificate-in-corporate-finance/

Le certificat ICCF2@HEC Paris inculque les trois compétences clés en politique financière d’entreprise :

Gestion de la structure financière 

  • Sélection et gestion des financements en dette, « restructuration » du passif ;
  • Maîtrise de l’équilibre du bilan et sélection des principales composantes de financement.

Conduite d’opérations de fusions-acquisitions (M&A)

  • Appréhension des fondements du M&A ;
  • Valorisation, structuration, négociation et maîtrise des offres publiques ;
  • Sélection d’un processus de cession.

Ingénierie financière liée aux opérations de haut de bilan

  • Optimisation de la structure de l’actionnariat ;
  • Réussite de l’introduction en bourse ;
  • Levée et restitution de capital ;
  • Optimisation de la structure interne de son groupe ;
  • Recours au private equity.

En savoir plus : https://first-education-online.com/fr/certificat/iccf2-hec-paris/

La formation Finance de Marché@ESCP Business School permet d’assimiler des compétences clés en finance de marché, notamment :

  • Valorisation des instruments financiers ;
  • Identification du rôle de chacun des intervenants sur les marchés financiers ;
  • Sélection des produits financiers sur la base des caractéristiques des produits cash, des options et des dérivés fermes ;
  • Appréciation des risques liés à l’étude des produits financiers complexes et des marchés financiers associés ;
  • Compréhension de la construction des produits structurés ;
  • Mise en œuvre d’opérations de couverture des risques avec des produits dérivés fermes et conditionnels.

En savoir plushttps://first-education-online.com/fr/certificat/finance-de-marche-escp-business-school/

Les certifications AMF et AMF Finance Durable revêtent une importance cruciale pour tout prestataire de services d’investissement. En effet, elles garantissent que certaines fonctions possèdent un ensemble commun de compétences en accord avec les normes européennes et françaises. Cette démarche vise à assurer la protection des intérêts des clients.

Depuis 2010, le groupe First Finance a délivré plus de 27 000 certifications AMF, témoignant de son engagement envers l’excellence dans le secteur financier. En complément de la certification AMF, le groupe propose également la certification AMF Finance Durable. Cette dernière s’adresse aux professionnels désireux de développer une compréhension approfondie du cadre institutionnel et économique de la finance durable. Elle offre une perspective éclairée sur les concepts fondamentaux et fournit une grille de lecture des produits et méthodologies associés.

Une fois certifié, vous serez en mesure de recueillir les préférences de vos clients et de leur proposer des produits en adéquation avec leurs besoins. Vous démontrerez ainsi votre capacité à allier expertise et sensibilité aux enjeux de la finance durable.

En savoir plus :

Voici les profils qui conduisent à ce poste :

  • Assistant juridique
  • Contract manager
  • Juriste

Voici les aptitudes professionnelles exigées pour ce poste :

  • Sens de l’écoute et de la communication
  • Autonomie et organisation
  • Pédagogie et aisance relationnelle
  • Rigueur et capacités rédactionnelles
  • Pugnacité
  • Force de conviction
  • Capacité d’adaptation
  • Sens de l’argumentation
  • Goût pour la veille et l’investigation et curiosité intellectuelle
  • Discrétion, sens de la déontologie et de l’éthique
  • Pugnacité
  • Prise de recul et stabilité émotionnelle
  • Réactivité et capacité multidisciplinaire
  • Disponibilité et résistance au stress
  • Bonne maîtrise de l’anglais, langue des affaires.

Dans les offres d’emploi, les recruteurs recherchent les qualités suivantes pour ce poste :

  • Bonne aptitude relationnelle
  • Résistance au stress
  • Esprit d’organisation
  • Sens de l’analyse et de la synthèse
  • Capacité de persuasion

Rémunération, marché de l’emploi, perspectives d’évolution, voici les caractéristiques de cette profession.

Combien gagne un Avocat des affaires?

Le métier d’Avocat des affaires est particulièrement rémunérateur. Son salaire varie suivant son statut : salarié ou collaborateur. Ce niveau de revenu dépend également de son niveau d’expérience.

Quel est le salaire mensuel d’un Avocat des affaires?

En début de carrière, le salaire d’un Avocat des affaires se situe à environ 3 000 euros brut par mois. Les collaborateurs d’un cabinet peuvent percevoir entre 7 000 euros à 8 000 euros brut mensuels.

Quel est le salaire annuel d’un Avocat d’affaires?

Un Avocat en droit des affaires débutant touche environ 30 000 euros bruts annuels. Les plus expérimentés peuvent espérer gagner jusqu’à 150 000 euros bruts annuels, assortis de bonus et primes.

Avocat d’affaires sur le marché de l’emploi : les chiffres clés

Les avocats jouent un rôle crucial dans diverses spécialités. Ils assurent la défense de leurs clients lors de procédures judiciaires tout en fournissant des conseils juridiques.

Sur l’ensemble du territoire national, 70 073 avocats ont été recensés, comparativement à 51 758 dix ans plus tôt, représentant une augmentation de 35 %. Le Barreau de Paris se distingue avec près de 30 000 avocats, concentrant à lui seul 43 % de l’effectif total. Au cours de la dernière décennie, la profession a connu une croissance significative :

  • Au 1er janvier 2019, 68 464 avocats étaient en exercice, comparativement à 66 598 au 1er janvier 2018, soit une augmentation de 2,8 % en un an ;
  • L’année 2012 a marqué la plus forte croissance annuelle, avec l’arrivée de 2 432 nouveaux acteurs sur le marché ;
  • Entre 2009 et 2019, le nombre d’avocats a considérablement augmenté, passant de 50 314 à 68 464, soit une croissance de 36 % au cours de cette période.

D’autre part, les Avocats d’affaires représentent seulement 20 % des avocats sur le territoire. Pourtant, ils empochent près de 80 % de la masse salariale attribuée au métier d’avocat. À savoir que les Avocats d’affaires se répartissent en deux catégories :

  • Les professionnels qui exercent dans les petites entreprises ou dans les moyens cabinets français, en province.
  • Les professionnels qui travaillent dans les grandes firmes prestigieuses.

Cette image anglo-saxonne du métier d’Avocat d’affaires fait particulièrement rêver.

Au début de sa carrière, l’Avocat en droit des affaires travaille en tant que simple salarié dans un cabinet. Avec de l’expérience, il peut choisir de devenir collaborateur, associé, voire gérant.