Portrait d'alumni | Stéphane De Toledo

ICCF@HEC Paris : « Un cursus exigeant et humain, pour ouvrir ses horizons« 

Diplômé de HEC, Stéphane De Toledo a une longue expérience dans les domaines des services aux entreprises et de la culture. Décidé à renforcer ses connaissances en finance d’entreprise et à s’ouvrir aux enjeux actuels, cet alumni polyvalent a rejoint les formations First Education Online. Découvrez son parcours avec nous ! 

Retour à la liste des articles

1. Quel poste occupez-vous actuellement ?

Diplômé de HEC, j’ai réalisé tout mon parcours professionnel au sein de la finance d’entreprise dans des organisations de divers secteurs, tailles et cultures, avec une prédominance pour les services aux entreprises et la culture. J’ai débuté ma carrière avec quelques premières expériences dans des annuaires professionnels, ou encore dans des centres de séminaires comme Chateauform, dans des secteurs plus industriels, de maintenance et électronique.

Dans le domaine de la culture, deux expériences ont marqué mon parcours. Une première expérience de Directeur financier pour Virgin dans les années 1990 et jusqu’au début des années 2000. Depuis 7 ans, je suis Directeur financier chez Stage Entertainment, groupe international de production de comédies musicales. Stage Entertainment a pour ambition de produire les plus belles comédies musicales de Broadway, en achetant des licences pour les présenter dans les pays européens. Nous permettons ainsi à des publics qui n’ont jamais eu l’occasion d’aller à Broadway ou dans le West End de Londres, de les découvrir dans leur langue natale, à Milan, à Paris, à Madrid et dans bien d’autres villes encore.

2. Pourquoi avez-vous choisi de reprendre votre formation ? 

Il s’est écoulé beaucoup de temps depuis mes dernières études, avec très peu d’occasions de me former à mon métier. J’ai eu l’occasion de prendre part à un certain nombre de formations thématiques, du coaching à la prise de parole en public, ou encore sur des sujets à orientation commerciale, mais je n’ai jamais eu l’occasion de revisiter les compétences liées à mon cœur de métier. S’il est vrai que, comme en économie ou en physique, les grands concepts de la finance ne changent pas beaucoup à travers les années, je ressentais le besoin de rafraîchir mes connaissances et de retrouver un environnement académique.

La crise de la Covid-19 a été un déclic dans cette décision : notre activité, dans le spectacle vivant, s’est arrêté brutalement et nous avons été confrontés au temps partiel. Dans ce contexte, j’ai eu la volonté d’employer ce temps libre imposé à faire quelque chose de concret, de qualitatif et d’enrichissant.

 3. Qu’est-ce qui vous a convaincu dans la formation ICCF@HEC Paris ? 

J’ai choisi de me lancer dans la formation sur les conseils d’une amie, alumni de cette même formation, qui vantait les mérites de Pascal Quiry et la richesse des contenus de ICCF@HECParis. Grâce à mes études, je bénéficiais déjà de l’aura de HEC Paris, mais j’ai été séduit par l’aspect certifiant de la formation, avec un véritable examen en fin de parcours pour évaluer nos connaissances. C’était pour moi un vrai défi que je me lançais, d’autant plus que l’on n’a pas les mêmes capacités d’apprentissage à mon âge qu’à vingt ans. Il suffit simplement de se lancer et d’y croire !

4. Qu’est-ce qui vous a le plus marqué lors de votre expérience avec First Finance ? 

Si je devais résumer la formation en trois mots, ce serait : ExpertiseÉchange et Exigence.

Tout d’abord, le haut niveau et l’expertise des cours dispensés et des formateurs. Les contenus sont riches, les chapitres sont nombreux et surtout parlants et concrets pour un professionnel tel que moi. Au-delà de l’intérêt purement intellectuel, c’est le pragmatisme et l’actualité des sujets abordés qui m’a le plus animé.

Ensuite, l’échange et l’entraide au sein de la promotion. Bien que les cours se déroulent à distance, les moments d’échanges sont nombreux, durant les sessions de cours ou sur les forums de promotion. D’apprenant, on peut souvent passer pédagogue, prenant un instant le rôle de professeur pour partager ses propres expériences au reste du groupe et répondre aux questions. Au fil du temps, une grande camaraderie et même une certaine solidarité se développent au sein de la promotion, sans même s’être rencontré. Cette formation nous réunit tous, quels que soient les profils.

Enfin, il s’agit d’un cursus exigeant, qui nécessite d’y consacrer du temps chaque semaine. Je pouvais y consacrer le temps que je jugeais nécessaire. Le programme s’adapte parfaitement aux professionnels en activité et se déroule avec fluidité.

5. Aujourd’hui, percevez-vous les résultats de cette formation sur votre vie professionnelle ? 

Complètement. J’ai élevé mon niveau de discours par rapport à d’autres professionnels que je rencontre : banquiers, commissaires aux comptes, auditeurs financiers, trésoriers ou contrôleurs financiers. J’ai gagné en assurance et en clarté. Même si le cours n’aborde pas tous les sujets, nous en explorons une grande diversité.

6. Est-ce que vous recommanderiez cette formation ? 

Je recommanderais à tout professionnel de sauter le pas. Il n’y a rien à perdre et absolument tout à gagner à suivre ce parcours, même s’il demande d’y consacrer du temps. J’ai d’ailleurs récemment recommandé la formation à un contrôleur de gestion de mon équipe, qui bien que sceptique au début, vient juste de réussir son examen la semaine passée !

7. Êtes-vous prêt à retenter l’expérience avec une autre formation ? 

Oui, j’explore d’ailleurs souvent le catalogue ! Je rêve de trouver une formation de Directeur financier 3.0, afin d’apprendre à manipuler des concepts plus nouveaux, pas seulement le digital, mais également découvrir les usages et les enjeux derrières le métavers, les NFTs, les tokens, la cryptomonnaie, les blockchains… Des concepts d’actualité et très financiers !

L’idéal serait un programme à destination des directeurs financiers pour comprendre les mécanismes derrière, découvrir comment les intégrer dans notre activité quotidienne. Un programme qui donne également des clés pour postuler dans des entreprises qui se développent dans ces domaines : quel est le modèle de ce type d’entreprises ? Comment se rémunèrent-elles ? Quels sont leurs coûts ? Pour moi, tout est un peu abstrait.

Le financier est au cœur du système d’une entreprise. Je ne veux pas simplement avoir une culture générale autour de ces concepts, mais plutôt apprendre comment mettre en pratique mes connaissances, comment être crédible pour intégrer une entreprise entièrement digitale. Les règles financières s’y appliquent de la même façon, les lois sont les mêmes et ça m’intéresserait de pouvoir découvrir ce monde-là sous le spectre de la finance. C’est le monde de demain !

8. Une belle leçon de cette formation à nous partager ? 

Une phrase de Pascal Quiry m’a marqué durant la formation : « En finance il n’y a pas de miracles, il n’y a que des mirages ». Concrètement, cela veut dire qu’il ne faut pas prendre ses rêves pour des réalités. On le voit à la bourse, des cours qui s’envolent et qui s’effondrent du jour au lendemain, car il n’y avait pas de justification économique ou financière derrière. Les bulles spéculatives ne sont faites que de mirages et jamais de miracles !