Commissaire aux comptes

Le Commissaire aux comptes est garant de la conformité et de la légalité des différents comptes de l’entreprise. Après analyse des documents comptables obligatoires, il atteste leur régularité avec la loi et leur harmonie avec l’état de santé de la société.

 

En cas d’infraction, il endosse la responsabilité d’une authentification non justifiée. Son mandat est généralement de 6 ans.

  • 45 000 € / an salaire moy. France, ref. GlassDoor
  • 7 300 professionnels Commissaires aux comptes France, ref. LinkedIn
  • 6 460 postes M1202 (code ROME), ref. Pôle Emploi France

C’est quoi un Commissaire aux comptes ?

Le Commissaire aux comptes (CAC) est un professionnel de la comptabilité. Voici ce qu’il faut connaître sur son domaine d’expertise, les métiers similaires ou les autres appellations de la profession.

Le Commissaire aux comptes est un professionnel du secteur de la finance. Ce métier règlementé est validé dans les pays de l’Union européenne. En effet, le Commissaire aux comptes intervient au nom de la loi et du Procureur de la République. Il diffère de l’Expert-comptable qui effectue une mission non légale et contractuelle. Dans certains cas, il peut exercer les deux fonctions, mais dans des entreprises différentes afin d’éviter les conflits d’intérêts.

Le Commissaire aux comptes est également connu sous le nom d’Auditeur légal, Commissariat aux comptes, Gérant de portefeuille ou Chef de mission audit légal.

Membre de la Compagnie Nationale des Commissaires aux comptes (CNCC), le Commissaire aux comptes exerce dans différents établissements, comme :

  •  Les cabinets d’expertise comptable ;
  •  Les cabinets spécialisés en commissariat aux comptes ;
  •  Les cabinets d’audit.

La nomination d’un Commissaire aux comptes est obligatoire pour les entreprises, de toute forme juridique, ayant dépassé les seuils suivants : chiffre d’affaires, nombre de salariés, total bilan. Il est souvent désigné par les actionnaires pour une durée de 6 ans.

Chez les SARL/EURL, le Commissaire aux comptes doit intervenir lorsque deux des trois seuils ci-dessous sont dépassés :

  •  Un bilan supérieur à 1 550 000 euros
  •  Un effectif supérieur à 50 salariés
  •  Un chiffre d’affaires annuel hors taxes supérieur à 3 100 000 euros

Chez les SAS/SASU, le CAC doit vérifier les seuils suivants :

  • Un bilan supérieur à 1 million d’euros
  • Un effectif supérieur à 20 salariés
  • Un chiffre d’affaires annuel hors taxes supérieur à 2 millions d’euros

Sa nomination est également obligatoire pour les associations dont le montant des subventions publiques dépasse 153 000 euros.

Dans les autres cas, son intervention reste facultative.

Voici les autres métiers de la finance :

  •  Auditeur financier
  •  Consultant financier
  •  Analyste financier
  •  Comptable
  •  Expert-comptable
  •  Ingénieur financier
  •  Trader
  •  Actuaire

Adapté aux personnes en situation de handicap

Quel est le rôle d’un Commissaire aux comptes ?

Le Commissaire aux comptes (CAC) remplit la fonction d’auditeur légal. Il certifie la conformité et la sincérité de la comptabilité de la société au regard des normes en vigueur. Son rôle revêt ainsi un intérêt général en ce qu’il atteste les données financières d’une structure auprès de l’État et de l’administration fiscale. Sa désignation s’effectue en assemblée générale ordinaire, généralement sur recommandation du conseil d’administration, pour un mandat de 6 ans.

Quelles sont les missions d’un Commissaire aux comptes comparées à celles d’un Expert-comptable ?

Tel que mentionné plus haut, la fonction principale d’un Commissaire aux comptes (CAC) est la certification des comptes de l’entreprise qui l’emploie. À rappeler que ce métier est réglementé. Seuls les professionnels affiliés à l’Ordre des Commissaires aux comptes sont habilités à l’exercer.

Le contrôle d’informations portant sur la situation de l’entreprise

Le Commissaire aux comptes réalise un audit légal de la comptabilité de l’unité, conformément à la procédure dictée par la loi. Il donne son avis sur la conformité, la régularité ainsi que l’image fidèle de tous les comptes annuels, ou consolidés, le cas échéant.

De façon générale, ce professionnel supervise la tenue de la comptabilité ainsi que les comptes annuels validés par l’Expert-comptable. Il examine la concordance des données communiquées dans les rapports de gestion, portant sur sa situation financière, comptable et juridique. Il en est de même pour les documents portés à l’attention des membres de la société. Il vérifie également les informations partagées aux associés ou aux actionnaires concernant les comptes annuels.

Plus ponctuellement, le Commissaire aux comptes peut être chargé des tâches suivantes :

  •  Vérifier l’exactitude des comptes intermédiaires et les certifier
  •  Donner son opinion sur des comptes prévisionnels
  •  Émettre des certifications pour les tribunaux

Le contrôle d’informations concernant les revenus les plus élevés

Tous les actionnaires peuvent consulter les revenus les plus élevés, soit des 5 ou 10 salariés les mieux payés selon le nombre d’employés dans la structure. Le Commissaire aux comptes veille à rendre ces documents accessibles et certifiés.

Le respect de l’égalité et de l’équité entre les actionnaires

Parmi les fonctions spécifiques se trouve le suivi du bon respect de l’égalité entre les différents actionnaires. À titre d’exemple, le Commissaire aux comptes veille à ce que chaque partie prenante puisse assister aux assemblées ordinaires.

La diffusion de l’information concernant les prises de participation

L’Auditeur légal s’assure également de la mise en œuvre d’un signalement aux actionnaires de l’entreprise en cas d’infraction. Il peut par exemple s’agir d’un dépassement de seuil lors des prises de participation dans le capital.

La protection contre les éventuelles difficultés

Assurant un rôle d’alerte, le Commissaire aux comptes anticipe les éventuelles difficultés de l’entreprise auditée. À cet effet, il informe les dirigeants en cas de risques susceptibles d’entraver la continuité de l’exploitation. Si besoin, il propose des recommandations et des solutions, visant à pallier les problèmes constatés. Lors d’une procédure d’alerte, ce professionnel doit avertir le Président du tribunal sur les difficultés économiques de l’entité.

L’indication des faits délictueux

Dans le cadre de son audit légal, le Commissaire aux comptes est tenu de remonter les éventuelles irrégularités constatées au Procureur. Il est effectivement tenu au secret professionnel concernant les faits délictueux à sa connaissance.

Le Commissaire aux comptes intervient de façon ponctuelle, avec un mandant reconductible, tandis que l’Expert-comptable réalise un contrôle quotidien auprès du dirigeant.

  •  L’Expert-comptable dresse les comptes annuels de l’entité, tandis que le CAC les vérifie ultérieurement.
  •  L’Expert-comptable certifie les comptes de l’entreprise, si le CAC procède à une certification légale.
  •  L’Expert-compte dispense des conseils quotidiens au dirigeant et influe sur ses décisions alors que le CAC se doit d’être objectif et impartial dans son audit.
  •  L’Expert-comptable effectue des missions de révision et de suivi comptable, contrairement au CAC.

 

Le contrôle d’informations portant sur la situation de l’entreprise

Le Commissaire aux comptes réalise un audit légal de la comptabilité de l’unité, conformément à la procédure dictée par la loi. Il donne son avis sur la conformité, la régularité ainsi que l’image fidèle de tous les comptes annuels, ou consolidés, le cas échéant.

De façon générale, ce professionnel supervise la tenue de la comptabilité ainsi que les comptes annuels validés par l’Expert-comptable. Il examine la concordance des données communiquées dans les rapports de gestion, portant sur sa situation financière, comptable et juridique. Il en est de même pour les documents portés à l’attention des membres de la société. Il vérifie également les informations partagées aux associés ou aux actionnaires concernant les comptes annuels.

Plus ponctuellement, le Commissaire aux comptes peut être chargé des tâches suivantes :

  •  Vérifier l’exactitude des comptes intermédiaires et les certifier
  •  Donner son opinion sur des comptes prévisionnels
  •  Émettre des certifications pour les tribunaux

Le contrôle d’informations concernant les revenus les plus élevés

Tous les actionnaires peuvent consulter les revenus les plus élevés, soit des 5 ou 10 salariés les mieux payés selon le nombre d’employés dans la structure. Le Commissaire aux comptes veille à rendre ces documents accessibles et certifiés.

Le respect de l’égalité et de l’équité entre les actionnaires

Parmi les fonctions spécifiques se trouve le suivi du bon respect de l’égalité entre les différents actionnaires. À titre d’exemple, le Commissaire aux comptes veille à ce que chaque partie prenante puisse assister aux assemblées ordinaires.

La diffusion de l’information concernant les prises de participation

L’Auditeur légal s’assure également de la mise en œuvre d’un signalement aux actionnaires de l’entreprise en cas d’infraction. Il peut par exemple s’agir d’un dépassement de seuil lors des prises de participation dans le capital.

La protection contre les éventuelles difficultés

Assurant un rôle d’alerte, le Commissaire aux comptes anticipe les éventuelles difficultés de l’entreprise auditée. À cet effet, il informe les dirigeants en cas de risques susceptibles d’entraver la continuité de l’exploitation. Si besoin, il propose des recommandations et des solutions, visant à pallier les problèmes constatés. Lors d’une procédure d’alerte, ce professionnel doit avertir le Président du tribunal sur les difficultés économiques de l’entité.

L’indication des faits délictueux

Dans le cadre de son audit légal, le Commissaire aux comptes est tenu de remonter les éventuelles irrégularités constatées au Procureur. Il est effectivement tenu au secret professionnel concernant les faits délictueux à sa connaissance.

Le Commissaire aux comptes intervient de façon ponctuelle, avec un mandant reconductible, tandis que l’Expert-comptable réalise un contrôle quotidien auprès du dirigeant.

  •  L’Expert-comptable dresse les comptes annuels de l’entité, tandis que le CAC les vérifie ultérieurement.
  •  L’Expert-comptable certifie les comptes de l’entreprise, si le CAC procède à une certification légale.
  •  L’Expert-compte dispense des conseils quotidiens au dirigeant et influe sur ses décisions alors que le CAC se doit d’être objectif et impartial dans son audit.
  •  L’Expert-comptable effectue des missions de révision et de suivi comptable, contrairement au CAC.

 

Comment devenir Commissaire aux comptes ?

Le Commissaire aux comptes (CAC) exerce un métier très réglementé. Pour y accéder, il faut suivre une formation spécialisée et posséder certaines aptitudes professionnelles.

De nombreuses voies conduisent au métier de Commissaire aux comptes. Elles nécessitent au moins un BAC+8 afin de pouvoir intégrer la liste de l’ordre des CAC.

La formation pour exercer la profession de Commissaire aux comptes est celle qui permet la validation du Diplôme d’Expertise-Comptable (DEC). Elle est généralement suivie d’un stage obligatoire de 2 ans auprès d’un CAC habilité. Cette durée s’étend sur 3 années pour les étudiants détenteurs d’un BAC+5 dans les autres filières, comme la comptabilité, les finances ou le contrôle de gestion.

La profession de Commissaire aux comptes se dédie aux amoureux des chiffres et de l’analyse. Pour accéder au poste, il faut suivre l’une des voies suivantes :

  •  Diplôme d’Expertise Comptable + 2 ans de stage auprès d’un Commissaire aux comptes.
  •  Master 2 (BAC +5) en finance, comptabilité ou contrôle de gestion + 3 ans de stage auprès d’un CAC.
  •  Master 2 (BAC +5) d’une autre filière + CAFCAC (certificat d’aptitude aux fonctions de CAC) + CPFCAC (certificat préparatoire aux fonctions de CAC) + 3 ans de stage auprès d’un CAC.

Le Commissaire aux comptes est souvent un ancien expert-comptable dans un cabinet d’audit. Pour intégrer la profession, il doit effectuer un stage de deux à trois années à la sortie de ses études. Après cela, il sera autorisé à demander une affiliation à la Compagnie nationale des commissaires aux comptes. Puis, il intègrera la liste assermentée à la disposition des sociétés.

La formation en ligne est l’idéal pour décrocher le diplôme de Master (en finance, comptabilité ou contrôle de gestion) dans un premier temps. En collaboration avec de Grandes Écoles de renom, à l’instar de l’ICCF@HEC Paris et Finance de Marché @ESCP Business School, First Education Online forme à ce métier à travers des programmes innovants et de qualité. Ces cours en ligne offrent une opportunité unique de comprendre les aspects de la gestion d’entreprise et d’assurer votre réorientation professionnelle. De plus, le groupe First Finance éduque des milliers d’apprenants à la certification AMF et AMF Finance Durable

Ce certificat vise à accompagner un large public impliqué dans les décisions financières de l’entreprise. Il leur fournit notamment une compréhension approfondie tant sur le plan interne qu’externe. Le programme contribue à développer trois compétences majeures en finance d’entreprise :

Évaluation d’une entreprise

  • Acquérir une connaissance approfondie des principales méthodes d’évaluation financière utilisées par la profession ;
  • Sélectionner et ajuster les techniques d’évaluation en fonction des contextes spécifiques (taille d’entreprises, types de secteurs…) ;

Analyse financière

  • Consulter et examiner les documents financiers tels que le bilan, le tableau de flux de trésorerie et le compte de résultat ;
  • Établir un diagnostic global pertinent concernant la situation financière de la structure ;
  • Calculer et mettre en place les indicateurs clés spécifiques à la profession.

Prise de décisions en matière d’investissement et de financement

  • Évaluer les conséquences des choix de financement et d’investissement sur la situation financière globale de l’entreprise ;
  • Maîtriser les outils financiers associés à la finance durable ;
  • Prendre des décisions éclairées en s’appuyant sur des critères quantitatifs et qualitatifs, retenus par le métier.

En savoir plus https://first-education-online.com/fr/certificat/iccf-hec-paris-international-certificate-in-corporate-finance/

Le programme ICCF2@HEC Paris permet d’assimiler les trois compétences essentielles en termes de politique financière d’entreprise, à savoir :

  • Gestion de la structure financière : choisir et gérer les sources de financement par la dette, comprendre l’équilibre du bilan, sélectionner les composantes clés du financement et effectuer des ajustements stratégiques au passif ;
  • Maîtrise de l’ingénierie financière inhérente aux opérations de haut de bilan : lever et rembourser du capital, optimiser la structure de l’actionnariat, explorer les opportunités offertes par le private equity, optimiser la structure interne du Groupe, réussir une introduction en bourse ;
  • Mener les opérations de fusions-acquisitions (« M&A ») : acquérir une compréhension approfondie des principes du M&A, choisir un processus de cession, maîtriser l’évaluation, la négociation et la structuration, ainsi que la gestion des aspects liés aux offres publiques.

En savoir plus : https://first-education-online.com/fr/certificat/iccf2-hec-paris/

La formation en Finance de marché@ESCP Business School constitue un véritable outil pour développer les compétences fondamentales en finance de marché, à savoir :

  • Découvrir le rôle de chaque intervenant sur les marchés financiers et être en mesure d’interagir de manière professionnelle avec chacun d’entre eux ;
  • Choisir les produits financiers les plus adéquats en comparant les spécificités des produits cash, des options et des dérivés fermes ;
  • Évaluer les risques liés à l’évolution des marchés financiers et des produits financiers complexes associés ;
  • Comprendre la construction des produits structurés ;
  • Comprendre et maîtriser les principes fondamentaux de la valorisation des différents instruments financiers ;

En savoir plushttps://first-education-online.com/fr/certificat/finance-de-marche-escp-business-school/

Chaque fournisseur de services d’investissement est le garant que certaines fonctions disposent d’un ensemble commun de compétences et de connaissances essentielles à l’exercice de leur profession. Ces connaissances sont encadrées selon des normes européennes et françaises afin de protéger les intérêts des clients.

Depuis 2010, le groupe First Finance s’est chargé de la certification de plus de 27 000 individus à l’AMF. En outre, il propose la certification AMF Finance Durable, une obligation pour les professionnels souhaitant acquérir une compréhension globale du cadre institutionnel et économique de la finance durable. Ce titre permet également de mieux cerner les concepts fondamentaux et de développer une vision claire des produits et des méthodologies utilisés. Une fois certifié, vous serez en mesure de comprendre les préférences des clients et de leur proposer des produits adaptés à leurs besoins.

En savoir plus :

Voici les profils qui conduisent à ce poste :

  •  Expert-comptable
  •  Comptable
  •  Assistant-Directeur Financier
  •  Consolideur

Voici les aptitudes professionnelles requises à l’exercice de la profession :

  •  Esprit méthodique et pragmatique
  •  Rigueur dans la récolte et l’analyse des données
  •  Sens critique
  •  Esprit d’investigation
  •  Disponibilité
  •  Forte capacité de travail
  •  Esprit d’analyse et de synthèse

Les fonctions d’un Commissaire aux comptes sont d’ordre légal. Ainsi, elles impliquent son imprégnation déontologique et sa responsabilité pénale vis-à-vis des sociétés clientes. Les qualités attendues pour ce poste sont les suivantes :

  •  Bon relationnel
  •  Honnêteté
  •  Curiosité
  •  Ténacité et adaptabilité
  •  Autonomie
  •  Intégrité
  •  Respect absolu des normes professionnelles et des règles déontologiques
  •  Précision
  •  Vigilance

Rémunération, part de marché, évolution de carrière, voici toutes les caractéristiques de ce métier.

Combien gagne un Commissaire aux comptes ?

Le salaire d’un Commissaire aux comptes dépend de plusieurs critères, à savoir les missions assignées et la taille de l’entreprise. Par ailleurs, l’ancienneté est déterminante dans la définition de la rémunération.

Quel est le salaire mensuel d’un Commissaire aux comptes ?

Un Gérant de portefeuille junior touche entre 2 500 euros et 3 700 euros bruts par mois. Un CAC confirmé perçoit plus de 5 000 euros brut par mois.

Quel est le salaire annuel d’un Commissaire aux comptes ?

Le salaire annuel d’un CAC en début de carrière se situe entre 30 000 euros et 45 000 euros brut annuels. Les plus expérimentés peuvent gagner jusqu’à 60 000 euros bruts au moins.

La crise sanitaire a fortement impacté le marché de l’emploi en finance et comptabilité. Toutefois, les offres ont repris de plus belle à la reprise économique. En effet, les sociétés ont dû procéder à un recrutement massif dans la comptabilité, cela afin de régulariser leur état financier post-crise.

Le métier de commissariat aux comptes compte aujourd’hui près de 11 243 salariés au service des entreprises et entités, et ce, sur l’ensemble du territoire.

 

De nombreuses perspectives d’évolution de carrière sont envisageables pour le Commissaire aux comptes, notamment :

  •  Contrôleur de gestion
  •  Directeur comptable
  •  Auditeur interne
  •  Directeur/chef de mission en cabinet/manager
  •  Directeur administratif et financier

Au fil de ses missions, un Commissaire aux comptes peut également enrichir son carnet de clients. En conséquence, il a la possibilité d’intégrer les structures plus grandes, octroyant une rémunération plus élevée.

Il peut en outre travailler à son compte et monter son propre cabinet d’audit.